La laïcité agressée ?

Pourquoi parler "d'agression", ne vivons-nous pas dans un état neutre où les convictions de chacun sont protégées et respectées ?

N'est-ce pas un titre provocateur de radicaux de la laïcité, de "laïcards", qui pourrait raviver des tensions oubliées alors qu'il semble bien que le temps des querelles est révolu, qu'un statu quo s'est établi dans le respect mutuel ?

Un groupe de travail du mouvement R.A.P.P.E.L.*, a fait un inventaire des menaces qui pèsent sur la laïcité et a découvert de nombreux exemples qui tendent à démontrer le contraire. Cet article résume ce constat

Tout d'abord de quelle laïcité parlons-nous ?

En Belgique, le terme « laïcité » a deux sens:

  1. La laïcité dite politique, qui implique la séparation de l'Eglise et l'Etat
  2. La laïcité dite philosophique, qui relève de l'agnosticisme et de l'athéisme.*

Nous parlons de la laïcité politique qui est "…un principe d’organisation de l’Etat basé sur la séparation de la société civile et de la société religieuse, l’indépendance totale entre l’organisation politique et toute option religieuse ou philosophique particulière, l’Etat n’exerçant aucun pouvoir religieux et les Eglises aucun pouvoir politique" (inspiré de Comte-Sponville). 

Il faut rappeler que la laïcité est souvent mal comprise, associée à l'anti-religion. Bien au contraire, c'est grâce à la laïcité que les religions peuvent coexister. Dans l'optique de la laïcité politique, on peut être croyant et laïque.

Cette laïcité est plus qu'un système politique, c'est une vision de la société, un art de vivre, un facteur d'intégration et d'émancipation, elle est:

o Le principe fondamental de la démocratique ;

o Indissociable de la déclaration Universelle des Droits de l'Homme ;

o Associée à des valeurs et des principes qui créent les conditions de progrès et de cohabitation harmonieuse, tels que :

- l’éducation dans un esprit de libre examen, la formation de citoyens responsables ;

- la liberté individuelle, la liberté sexuelle et le droit de disposer de son corps

- l’humanisme, le respect de l'autre, l'égalité de tous et notamment hommes-femmes;

- la justice ;

- la recherche scientifique, etc.

Dans le Monde

Un survol très succinct et limité à l'aspect politique nous indique que, dans le Monde

o La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme de 1948 est et reste la première et la seule charte mondiale d'inspiration laïque.

o Le mot laïcité est difficilement traduisible dans d'autres langues, il faut en expliquer la portée.

o A l'exception des états théocratiques, les constitutions des états parlent très peu de la religion ou de la laïcité.

Mondialement, on peut distinguer 3 catégories de menaces

1- La crise des valeurs : les grands idéaux des Lumières et les valeurs universelles ont disparu. L'individualisme et le multiculturalisme prennent le pas sur le bien commun ;

2- La toute puissance de l'argent, la finance irresponsable, les pressions économiques sont extrêmes à tous niveaux ;

3- Le retour en force du cléricalisme, la montée du fondamentalisme, qui tendent à influencer la vie publique.

A l'ONU, par exemple, à côté d'un Vatican toujours bien présent, il faut citer l'Organisation de la Coopération Islamique, OCI, organe central de la propagande islamique dans le monde, qui ne cesse de proposer des résolutions qui concernent la religion (le blasphème) et portent préjudice au statut de la femme.

Aux côtés de l'OCI, l'on trouve les Frères Musulmans, mouvement politico-religieux sunnite fondé en Égypte en 1928 par l'instituteur Hasan al-Banna, grand-père de Tariq Ramadan. Le but premier des Frères musulmans est la création d'un État musulman théocratique. Leur comportement en Egypte et en Tunisie en est la parfaite démonstration.

En Europe

Dans l'ensemble de l'Europe, et dans l'Union européenne, UE, on fait le constat suivant:

o Le retour en force des religions dans les pays de l'ex-Union soviétique

o Dans l'UE, le Traité de Lisbonne ne fait aucune référence à la laïcité, son article 17 fait de l'Union un terrain particulièrement attrayant pour les lobbies religieux.

La Commission et les hauts responsables de l'UE ne sont pas neutres. Jacques Delors avait encouragé le dialogue avec les Eglises. Le Président Barroso organise des "Séminaires de dialogue" et des "sommets annuels des représentants religieux. En 2010, il a créé un groupe de conseillers, le GEE, "Groupe européen d'éthique des sciences et des nouvelles technologies" composé de 15 membres, tous professeurs d’université, six sont professeurs de théologie, dont un prêtre, trois autres enseignent dans des universités catholiques et l'une des femmes est membre de l'Ordre des vierges consacrées

Le BEPA, Bureau des conseillers du Président, a nommé "partenaires" les lobbies religieux.

A Strasbourg, des petits déjeuners de prière et des messes sont organisés dans l'enceinte du parlement

o L'UE a une influence considérable, méconnue: on estime que 80-85 % des lois se décident à Bruxelles (ou à Strasbourg), par les trois instances, la Commission, le Conseil et le Parlement.

Les parlementaires et les membres de la Commission sont littéralement encadrés par des organes du Vatican: l'Opus Dei et la COMECE (Commission des Episcopats de la Communauté Européenne); cette dernière dispose d'une équipe de 26 évêques (un par membre de l'UE, la nomination du représentant de la Croatie suivra). 

La COMECE est très efficace: quand elle peut influencer une décision, elle fait d'une pierre 28 coups !

o Le Conseil de l’Europe est un autre haut lieu du lobbying du Vatican et de l'Opus Dei. Ses résolutions n'ont pas force de loi mais constituent de solides références.

o La Cour Européenne des Droits de l’Homme, CEDH, devient le lieu d'arbitrage dans les conflits liés à des pratiques religieuses.

Quelques exemples dans des pays membres de l'Union:

Plusieurs pays membres de l'UE refusent l'enseignement de l'évolution ou autorisent, en parallèle, celui du créationnisme: en Roumanie, Italie, Malte, Lituanie, Pologne, Grèce.

Dans plusieurs pays, il existe encore une loi contre le blasphème, l'Irlande l'a votée en 2010 et la Grèce l'a encore appliquée récemment (de même que la Turquie).

En Italie, une loi autorise l'IVG depuis 1978, mais les pressions exercées par le Vatican sur les médecins pour l'interdire font qu'il en reste très peu qui pratiquent encore l'IVG.

Au Luxembourg, en 2008, le Grand Duc a refusé de signer une loi dépénalisant l'euthanasie.

La Hongrie a adopté le 18 avril 2011 une nouvelle constitution qui stipule la prédominance de la religion chrétienne, que le mariage est l’union conjugale entre un homme et une femme et que la vie du foetus sera protégée depuis la conception.

L'Allemagne n'applique pas aux organisations religieuses, catholiques surtout, la directive européenne sur la non discrimination à l'emploi. Celles-ci exercent un véritable contrôle social inacceptable à l'égard de leurs salariés (divorcés, homosexuels).

En Espagne, le nouveau gouvernement, conservateur veut réduire l'accès à l'IVG et renforce la participation aux cours de religion.

Aux Pays-Bas la pièce de 2 euros porte, gravée sur la tranche, la mention "God zij met ons"

En France, voyez la mobilisation, religieux en tête, contre le mariage de personnes de même sexe et la procréation médicalement assistée pour ces couples.

En Grande Bretagne, l'association Fair Admissions Campaign demande que cesse, lors de l'admission dans les écoles publiques, la sélection des élèves sur base de la religion des parents ( Education Law Journal, 6 juin 2013).

Les extrémistes musulmans ont commencé, à travers le pays, une campagne d’affichage visant à identifier les zones où la charia fait force de loi. Plusieurs quartiers de la capitale ont été submergés d’affiches où l’on peut lire : «Vous êtes sur le point d’entrer dans une zone contrôlée par la charia - les lois islamiques y sont appliquées. » (DailyMail, 28 juillet 2011).

En Lituanie, qui vient de prendre la présidence de l'Union, une loi punit d’amendes celles et ceux qui « font la promotion de l’homosexualité" et le Parlement prépare une loi qui restreint l'accès à l'IVG.

En Croatie, nouveau membre de l'UE, l'église catholique mène une croisade contre le gouvernement social démocrate qui veut introduire l'éducation sexuelle dans les programmes scolaires (2h sur l'année !)

En Irlande, début 2013, à l'occasion de sa prise de présidence de l'UE, la présidence irlandaise a refusé de rencontrer les représentants des organisations "non confessionnelles", en violation de l'art 17, mais elle a rencontré les représentants des organisations religieuses.

En Belgique

L'Etat belge n'est pas laïque, il est dit « neutre ». Cette neutralité « à la belge » est mal définie, ce qui permet des interprétations différentes et engendre des débats stériles. A côté des menaces aux niveaux mondial et européen, la laïcité en Belgique doit faire face à ses menaces spécifiques.

L'église catholique est une puissante organisation, qui dispose d'un parti politique, d'un réseau d’associations, d'écoles et de paroisses. Elle agit comme chef de file de la chrétienté et intervient surtout au niveau institutionnel, moins visible de la rue mais toujours présente.

Ses cibles sont l’enseignement, les biotechnologies, la contraception, l’avortement, l’euthanasie, l’homosexualité.

Son action est politique essentiellement, mais aussi culturelle et sociale.

Les islamistes s'affirment plus clairement, ils pratiquent un islam radical avec un objectif politique: une société gérée selon les prescrits religieux. Ils sont plus visibles car ils agissent davantage à découvert et ont une présence croissante dans la vie de tous les jours.

Voir le rapport annuel 2011 de l’administrateur général de la Sûreté de l'Etat, Alain Winants, sur le salafisme. Leurs cibles sont la communauté de culture et de religion musulmane, en particulier les femmes, tous les domaines de la société civile où il est possible d’implanter des pratiques d’inspiration religieuse : écoles, administrations, entreprises, etc.

Un nouveau danger: parmi les futurs enseignants qui obtiennent leur diplôme, il y a des islamistes. Ils ont réussi leurs examens dans des matières comme la théorie de l'évolution ou l'enseignement de la morale, mais ensuite, déclarent "avoir répondu comme on le leur demandait" mais ne pas y croire et, une fois dans leur classe, ils diront "…ce qu'ils veulent"

Les sectes protestantes, les églises du réveil n'ont pas pu être étudiées de près. Elles concernent surtout les milieux africains de Belgique. Plusieurs témoignages les décrivent comme des sectes particulièrement nuisibles car c'est de l'obscurantisme à l'état pur et l'exploitation de la crédulité des plus vulnérables.

Les juifs radicaux n'ont pas été étudiés non plus, ils sont présents aussi mais, se limitent davantage à leur communauté et sont moins démonstratifs.

Les partis politiques ne s'engagent pas en matière de laïcité, seules des personnalités se manifestent mais à titre individuel.

Dans Le Soir du 27 mai 2013, le Professeur Jean-Philippe Schreiber dénonce "Le dangereux relativisme culturel d'une partie de la gauche"

Pour lui, "La gauche doit cesser de vouloir satisfaire des revendications culturelles ou religieuses d'un autre âge au nom de l'égalité des chances. Elle doit réaffirmer sa position laïque et universaliste"

Les indécis, les indifférents

Nous rencontrons souvent des réactions telles que " la laïcité, ah tiens,…. avec quoi tu viens ! ……tout ça c'est du passé, c'est réglé …",

Ces personnes ne constituent pas vraiment une menace mais n'aident pas à s'opposer aux intégristes de quelque conviction qu'ils soient.

Les laïques complaisants à l'égard des islamistes sont celles et ceux qui, par générosité, souci d'ouverture, de tolérance, eu égard au passé colonial, à l’exclusion sociale, culturelle et

économique, par conviction politique aussi, sont toujours prêts à trouver des accommodements, plus envers les islamistes qu'envers aucun autre groupe caractérisé par une religion. Nous craignons que ces marques de «tolérance», «d'ouverture » aggravées par les atermoiements et l'indécision du pouvoir politique aient l'effet pervers, et sûrement pas souhaité, de faire à la fois le jeu des intégristes musulmans, d'encourager le racisme et de créer des opportunités pour l’extrême droite.

En France, le FN a récupéré la laïcité et en a fait un thème de campagne.

 

* R.A.P.P.E.L. Réseau d'Action pour la Promotion d'un Etat Laïque, www.le-rappel.be

 

Yvan Biefnot

Co-fondateur du R.A.P.P.E.L.

 

 

Imprimer