Signes religieux et bureaux de vote

Communiqué de presse du R.A.P.P.E.L.

Comme lors des précédentes élections, le R.A.P.P.E.L. a été interpelé par la présence d’assesseuses portant un voile islamique dans certains bureaux de vote. A Rebecq, une assesseuse voilée a d’ailleurs été refusée par la responsable du bureau de vote au nom d’une directive de la gouverneure enjoignant de « veiller à la neutralité dans les locaux où sont installés les bureaux de vote en prenant soin que n'y soient pas présents de signes religieux, conformément aux valeurs de la laïcité ».

Le président de Muslims' Rights Belgium, Fouad Benyekhlef, a annoncé que plainte serait déposée au Centre de l'Egalité des chances.

Le R.A.P.PE.L. constate que le souci de soustraire les électeurs à toute pression au moment de poser leur choix électoral a été récemment réaffirmé, notamment par le biais de la polémique née des « selfies » (photos prises par les électeurs dans l’isoloir avec leur bulletin de vote), mais aussi par l’interdiction de toute propagande électorale à partir de 22h la veille du scrutin.

Le R.A.P.P.E.L. considère que le port par les assesseurs de signes religieux doit être considéré de la même manière que le port de signes politiques, particulièrement dans un pays où certains partis politiques ont un profilage confessionnel clair. Il attire en outre l’attention sur le danger d’un vote de rejet, en faveur de partis extrémistes, qui pourrait naître de la présence d’assesseurs affichant des convictions religieuses.

Pour toutes ces raisons, le R.A.P.P.E.L. réitère son souhait que la directive portant sur la neutralité des bureaux de vote soit enfin clarifiée, et mentionne clairement l’interdiction pour les assesseurs et présidents de bureau d’afficher leurs convictions religieuses ou politiques.

Pour le R.A.P.P.E.L.,

Philipp Bekaert
Yvan Biefnot
Elie Cogan
Gisèle De Meur
Nadia Geerts
André Nayer
Jean-Claude Nicolay
Michèle Peyrat
Philippe Schwarzenberger
Jamila Si M’Hammed
Sam Touzani
Georges Verzin
Willy Wolsztajn

Imprimer