Du pain sur la planche !

Le 05 mars 2020, une délégation du R.A.P.P.E.L. a assisté à la conférence de presse du collectif « Laïcité Yallah »[1].

Un beau travail porteur de beaucoup d'espoirs. Du pain sur la planche. 

Les membres fondateurs, qui se présentent comme des citoyens laïques, croyants et non croyants, riche de leur héritage musulman, mettent en avant leur citoyenneté et « rejettent l'assignation identitaire dans laquelle les islamistes et certains décideurs tentent de les enfermer. » Ils constatent avec regret que leur voix est inaudible dans le débat public, car les citoyens de tradition musulmane sont définis exclusivement par leur religion, et pire, par une interprétation rigoriste et politisée de celle-ci.

Concernant le voile, et principalement le voile à l'école, le collectif se positionne clairement :

 

« Nous sommes inquiets face au voilement des enfants, devenu une réalité dans plusieurs villes. Des fillettes de plus en plus jeunes sont prisonnières de cet enfermement. De sérieuses mesures doivent être prises, à l'échelle européenne, pour protéger ceux-ci de tout endoctrinement religieux ».

De notre côté, nous avons appris avec stupeur que la réponse qui avait été faite par une collaboratrice du Délégué général aux droits de l'enfant à une personne qui, ayant vu une très petite fille voilée distribuer des tracts, souhaitait connaître sa position sur le voilement des fillettes  :

« le délégué général aux droits de l'enfant plaide (…)pour que le voile ne soit pas interdit dans les milieux éducatifs afin d'assurer et de garantir à ces enfants leur droit à une éducation, tout en associant les parents dans l'exercice de leur parentalité. » 

Par cette prise de position, le Délégué général aux droits de l'enfant confirme le constat du « Collectif Yallah », qui dénonce l’assignation de nos citoyens d'origine ou de culture musulmane à une vision rigoriste de l'Islam, sans même que les enfants en soient protégés.

Pourquoi les comportements islamistes trouvent une oreille à ce point complaisante ? Pourquoi toujours brosser l'islamiste dans le sens du poil de la barbe, comme le dit si bien Sam Touzani, cofondateur du collectif Laïcité Yallah ?

À quand une rencontre entre le DGDE et les membres de ce collectif autour de la question de l’intérêt supérieur de l’enfant ?

Du pain sur la planche, on vous dit !

 

[1] Pour plus d'infos : https://www.laicite.be/laicite-yallah

Imprimer