Non au différentialisme culturel défendu par les Assises de l’interculturalité !

PETITION

Sans surprise, les Assises de l’interculturalité viennent d’accoucher d’un volumineux rapport qui, en ce qui concerne la gestion de la diversité des convictions religieuses, privilégie clairement l’approche multiculturelle et différentialiste. D’entrée de jeu, il est ainsi précisé que les trois principes fondamentaux dans une société démocratique que sont l’égalité entre citoyens, la lutte contre le racisme et la xénophobie, et l’égalité de l’homme et de la femme, « ne sont effectivement pas absolus, ils coexistent avec d’autres principes, ce qui parfois entraîne la nécessité d’une mise en balance. ».

Nous disons NON au relativisme culturel :
NON à l’autorisation des signes religieux à l’école à partir de la quatrième secondaire. Le refus de l’immixtion du religieux à l’école doit valoir pour tout l’enseignement obligatoire bénéficiant de subsides publics. 
NON à l’introduction de congés différenciés pour les élèves en fonction de leurs convictions religieuses : le calendrier scolaire doit être le même pour tous. 
NON à l’idée de « récompenser symboliquement les établissements qui auront réussi à diversifier de manière significative leur corps enseignant ». Ce sont prioritairement les compétences qui doivent être prises en compte pour désigner les maîtres où ils conviennent. 
NON à l’autorisation généralisée du port de signes convictionnels pour les agents de la fonction publique, à l’exception des fonctions régaliennes au sein de l’armée, de la justice et de la police. Tous les représentants de l’Etat doivent apparaître comme neutres dans l’exercice de leurs fonctions. 
NON aux accommodements raisonnables, qui consistent à accorder un surcroît de légitimité à des revendications présentées comme religieuses, parfois au détriment de principes fondateurs tels que l’égalité des sexes ou l’égalité entre les citoyens. 
NON à une politique différentialiste qui relativise les acquis fondamentaux des démocraties modernes.

Nous disons OUI à la laïcité, à l’égalité de tous et de toutes et à la lutte contre toute forme de discrimination :
OUI a la liberté d expression des convictions, religieuses ou autres, pour autant qu’elles n’empiètent pas sur les droits et la liberté d’autrui. En démocratie, aucun droit n’est absolu. Tous sont limités par d’autres droits fondamentaux. 
OUI à l’interdiction des signes convictionnels dans tout l’enseignement obligatoire bénéficiant de subsides publics, ainsi que pour tous les fonctionnaires publics. 
OUI à un calendrier scolaire rigoureusement identique pour tous et expurgé des congés religieusement connotés. 
OUI au remplacement des cours de morale et de religion par un cours commun obligatoire où tous les élèves se trouveront rassemblés autour d’un projet essentiel : celui de faire de chacun un citoyen libre et responsable et une conscience autonome douée d’esprit critique. 
OUI à l’introduction du principe de laïcité dans la Constitution belge et les textes légaux des entités fédérées, afin de garantir un espace institutionnel neutre, préservé de l’immixtion du religieux. 
OUI à l’affirmation d’un socle commun de valeurs et de principes non négociables, parmi lesquels l’égalité de droits et de devoirs, quels que soient notre sexe, notre origine ethnique ou nos convictions.

Non au différentialisme culturel défendu par les Assises de l'interculturalité ! - NEEN aan de culturele differentiatiepolitiek verdedigd door de Interculturele Rondetafels

 

Imprimer