Communiqué de presse AMNESTY INTERNATIONAL

 

Le R.A.P.P.E.L. a pris connaissance avec stupéfaction du rapport d’Amnesty International consacré à la discrimination à l’égard des musulmans en Europe. Ce rapport stipule en effet que "S’agissant de la liberté des enfants d’arborer des signes manifestes de leur religion ou leurs convictions, la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant dispose que l’intérêt supérieur de l’enfant doit être une considération primordiale dans toutes les actions concernant les enfants. Afin de garantir que ce principe soit respecté, les restrictions concernant les signes et vêtements religieux et culturels ne doivent être adoptées qu’après avoir organisé une véritable consultation incluant parents et élèves. Il est également nécessaire d’envisager des mesures alternatives qui permettraient de parvenir au même résultat."

 

 

Le R.A.P.P.E.L. s’insurge contre l’idée selon laquelle l’interdiction du voile serait par essence discriminatoire. Il rappelle en effet que les mesures d’interdiction, lorsqu’elles existent, ne portent jamais sur le seul voile islamique, mais concernent tous les signes d’appartenance religieuse. Ils ne peuvent donc être considérés comme discriminatoires, sauf à considérer que l’interdiction de fumer dans les lieux publics est discriminatoire car elle cible majoritairement les fumeurs de cigarette.

 

Ce rapport constitue une attaque frontale contre la sécularisation de l’Europe. Elles feignent d’ignorer les politiques d’influence cléricales et rétrogrades mises en œuvre depuis plus de 30 ans - bien avant le 11 Septembre 2001 - par des puissances étrangères aux régimes douteux telles l’Arabie saoudite, le Maroc ou la Turquie, de grands médias comme Al-Jazeera, des mouvements islamistes comme les Frères musulmans ou Nurcu ou encore la théocratie iranienne. La venue au pouvoir d’Etat, au Sud de la Méditerranée, de partis politiques islamistes n’arrangera rien. Ces politiques persistantes sont pour l’essentiel responsables des évolutions rétrogrades qui affectent les populations européennes de tradition musulmane - dont le port massif du voile islamique ne constitue qu’une des manifestations spectaculaires. Elles donnent du grain à moudre aux démagogies xénophobes anti-arabes et anti-turques des Marine Le Pen, Geert Wilders, Blocher et autres Vlaams Belang. En fait, les deux phénomènes - islam politique et extrême droite relookee "laïque" s’épaulent et se renforcent mutuellement.

 

Il est regrettable qu’une association comme A.I. tout à fait fondée de souligner des discriminations sociales ou politiques lorsqu’elles existent réellement fasse totalement l’impasse sur ce contexte dans ses analyses et ses conclusions. Elle se tire une balle dans le pied et se discrédite comme institution dont la force morale constitue le principal levier politique.

 

Philipp Bekaert

Yvan Biefnot

Chemsi Cheref-Khan

Gisèle De Meur

Pierre Efratas

Catherine François

Nadia Geerts

Lara Herbinia

Georges Verzin

Willy Wolsztajn

 

Imprimer